Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Moi, ce que j'en dis...

Au Conseil communautaire du 15 octobre 2020

15 Octobre 2020 , Rédigé par Simon Rodier Publié dans #Vie publique

Au Conseil communautaire du 15 octobre 2020

Le Conseil communautaire se réunit à Champetieres sous la présidence de Daniel Forestier ; Jean-Pierre Genestier est secrétaire de séance et 17 questions sont inscrites à l'ordre du jour

...18h40...

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai été désigné représentant de la Communauté aux associations "Fromages & patrimoine" et "Sites remarquables du goût" 😋

19 personnes qui souhaitent travailler au sein de la commission "Action culturelle & patrimoine" ... donc avec moi... ils ne savent pas encore ... 🤣

...19h12...

Hors de ces aspects, diverses questions de gestion et, le gros morceau, la présentation du rapport d'activité du service déchets.

Pas de surprise, moins on trie plus le coût à l'habitant est élevé. 

Une bonne nouvelle cependant, dès le mois de mai 2021, sur le territoire des 58 communes d'Ambert Livradois Forez,  TOUS les emballages pourront aller dans le bac jaune. 

... 20h43 ...

L'objet du plus grand débat restera le projet d'installation de cabines de télémedecine.

La possibilité d'installer de telles cabines à Arlanc et à Saint-Germain ne recueille ainsi qu'un accueil étonnamment frileux, voire glacial. 

Si chacun s'accorde sur le fait que ce n'est pas la panacée, l'idéal étant d'avoir des médecins physiques, certains vont s'arrêter sur ce simple regret et ne pas souhaiter aller plus loin. 

Ainsi je réentends des arguments du type de ceux entendus au début de mon engagement : "mettre fin au numerus closus cela ne sert à rien, il faut 10 ans pour faire un médecin"... C'était il y a presque vingt ans et chacun resta alors dans l'inaction sur ce numérus closus ... pendant deux fois dix ans.

Une cabine de télémédecine, ce n'est évidemment pas une solution idéale mais je ne suis pas du genre à lâcher la proie pour l'ombre.

De plus, aujourd'hui, chacun sait qu'un médecin, avant de s'installer, regarde le contexte médical. Dans ce contexte il y a la possibilité de recourir à un confrère ou à un spécialiste pour consolider un diagnostic ; l'exercice de la médecine n'est plus une activité solitaire où le patricien se doit d'être omniscient.

 Il reste que nous n'avons pas su convaincre du danger existant à pratiquer l'urgence de ne rien faire.

Certains ont ils penser faire une économie ? La dépense aurait été de 207 558 € subventionnée à 80% soit un reste à charge de 41 512€ HT.

Cette dépense ne sera pas faite... à mettre en regard avec d'autres dépenses sur le territoire. 

Chacun porte sa responsabilité mais, en ce qui me concerne, j'aurais soutenu ce projet jusqu'au bout de la séance. J'avoue que, dans ce choix de faire, je ne m'étais pas imaginé être si seul.

Quand la réalité me rappelle que le "dubitatisme" est mortifère... 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Sauvade 15/10/2020 23:23

Juste halluciné depuis la Corse (où les élus de montagne se battent, eux...) par la prise de position sur les cabines de télémedecine... ce sont les mêmes qui se lamenteront ensuite que rien n’ai été fait. À repasser très vite en conseil communautaire, l’urgence médicale n’attend pas.

Simon Rodier 16/10/2020 06:44

C'était effectivement pour le moins curieux. Je pense que si à Marsac, il y a quelques années, vous aviez attendu en vous contentant d'un "il faut que quelqu'un fasse" vous seriez toujours dans le "il faut que quelqu'un fasse". Tu nous a bien "manqué" ce soir.

J'ose espérer que parmi le brouhaha qui me répondait ce soir certains n'avaient pas cette attitude par dépit que ces installations ne se fassent pas dans leur commune (à vrai dire quand la bronca commence par les bénéficiaires, on peut penser que c'est mal engagé)